Nos p'tites misères de retour en France!

01 décembre 2012

Aaaaaaaaahhhh... Paris, Paris.....

Quand à Athènes on vous parle dans la rue, le bus, les magasins de n'importe quoi et sous n'importe quel prétexte, quant tout est sujet à conversation avec rires, cris, compassion, intérêt; à Paris on sent une méfiance et un retrait général, voire souvent de l'agressivité. Je ne peux pas dire que je ne le savais pas mais, de retour de Grèce, c'est dur dur... Les codes sont différents.

Pour entamer une conversation, il faut y aller avec douceur et moult politesses, inutiles avec les grecs. Car, à Paris, l'impatience peut vite monter en puissance jusqu'à l'agressivité, et souvent pour un rien... et l'incivilité prend le dessus.

Que dire de cette note scotchée dans la rue, à l'entrée d'un immeuble:

 

noteLPM

 

OK Médor aurait pu se soulager ailleurs mais bon... est-ce une raison pour devenir vulgaire et agressif?????????

J'aime bien celle-là aussi, une ardoise de brasserie qui veut tout dire:

cafe

 

Posté par athenes à 11:53 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


20 novembre 2012

Qui suis-je ?

Ça y est, les valises sont bouclées, le retour en France décidé…

Le container prêt à partir… On n’a rien oublié… Même la pelle à neige est empaquetée !

Container

La maison est vide, Bordeaux et de nouvelles aventures nous attendent. Les enfants sont excités, Chéri Bibi est déterminé et moi… moi… je suis submergée par un sentiment angoissant… celui de devoir me réinventer…

 Et oui, car après pas mal d’années passées à l’étranger, j’étais devenue l’ « Américaine » : « mais oui, tu sais bien, Cath, c’est ma copine new-yorkaise »… … « tu fais quoi dans la vie ? Euh, moi, je suis une soccer mom, j’habite à New York ». Ma carte d’identité se résumait à et se justifiait par le fait que j’habitais à NY !!

IMG_2292

 Mais maintenant, de retour en France, je redeviens anonyme… Je ne suis qu’ « une mère au foyer » parmi tant d’autres. J’ai perdu ce qui faisait mon exotisme dans les dîners en ville… Et les questions qui ne se posaient pas avant deviennent quotidiennes : « et sinon, tu comptes reprendre le boulot ? »…

 Pour exemple déprimant, ce petit dialogue lors de la visite chez le médecin : « que faites-vous dans la vie ? - j’élève mes trois enfants. - Ok, je note, sans profession ». Et voilà en un grand pas un saut dans l’abîme des mères de famille françaises où si on ne travaille pas, on n‘existe pas !

 Pour ce qui est de l’estime de soi et de la culpabilité, merci, c’est gagné !

 Et bien NON, c’est décidé, mon boulot pour cette année - et sans doute les prochaines à venir - est de m’assurer que notre rapatriation en France se passe au mieux, aussi bien pour Chéri Bibi que pour mes chérubins !

Car si moi qui suis Française et rentre à la maison, j’ai déjà du mal à retrouver les codes de ce pays, eux - qui sont de purs produits américains et qui ne connaissent de la France que les vacances chez les grands-parents - doivent s’intégrer dans un nouveau pays, dans de nouvelles écoles, s’adapter à des nouvelles maîtresses et se faire de nouveaux copains…

 

 Alors, c’est décidé, je suis et je resterai la garante de l’américanité de la famille !!!

IMG_2931

Posté par CathNY à 15:23 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

19 novembre 2012

Nous ça va. Sauf que...

Un an, 6 mois, et des poussières qu'on n'a rien écrit... Et pourtant, les visites sur le blog continuent! C'est génial...

Par curiosité, je suis quand même allée voir par quels miraculeux mots-clés on pouvait encore tomber sur notre blog et donc nous lire!
Dans le top 6, vous avez tapé:
1/ "New-York en janvier" (beaucoup de succès! C'est si beau que ça New-York en janvier?)
2/ "Mentalité grecque" (alors ça, ça ne m'étonne pas... Mais cher lecteur comprendre la mentalité grecque est au moins le travail de toute une vie, et sans garantie de succès ;-))
3/ "Avis de tempête à New-York" (ok, compris)
4/" J'aime trop la Grèce"(yes!)
5/ " Combien d'aires de jeux à Central Park" (c'est si énorme?)
Et ma préférée:
6/ "Se faire épiler à Athènes". Non mais c'est quand même incroyable le nombre de francophones qui ne savent pas où aller se faire épiler à Athènes!!! Mesdames les poilues, à toutes celles à qui je n'ai jamais répondu et à toutes celles qui seraient potentiellement intéressées, oui j'ai les coordonnées d'une française qui se déplace à domicile et qui est très bien. Envoyez-moi un message via "Contactez l'auteur" et je vous réponds promis!

Sinon... Comment ça va vous depuis 1 an et quelques? Nous ça va. Sauf que... On est rentrées en France! Oui, chacune pour des raisons différentes, on a dû rentrer et une nouvelle vie d'expatriées commence. Parce que clairement on vient de se rendre compte qu'après plusieurs années d'expatriation, rentrer dans son pays natal ben... C'est pas comme on l'imaginait... Au final, on se demande parfois si nous-mêmes on est bien françaises et qui sont ces gens. On ne revient pas au pays, on découvre un nouveau pays, nuance...


C'est cette nouvelle aventure que nous avons décidé de vous faire partager: une New-Yorkaise à Bordeaux et une Grecque à Paris, c'est pas triste!


Et nous on est drôlement contentes de vous retrouver!

Posté par athenes à 15:34 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 mai 2011

Adonis, Belle-maman et vous

Presque 2 mois que vous êtes installée avec votre Chéri… Elle est pas belle la vie? Si elle est belle ! Vous vous êtes installés un p’tit chez vous juste… adorable… Bien sûrau début vous avez émis l’idée d’emménager SANS Adonis, histoire de garder un peu d’indépendance, en bonne parisienne que vous êtes… mais… devant l’incompréhension totale de l’amour de votre vie, vous avez laissé tomber… Et puis tant mieux ! Comme ça vous verrez bien ! Et tout se passe à merveille ! Vous avez bien fait de tenter le coup, cet Adonis est décidément un vrai gentleman !

Et sa maman… elle est là … et bien là … Il faut juste comprendre 2 ou 3 p’tites choses et vous allez vous adorer toutes les deux !

Belle-maman vous a fait deux ou trois (ou 10, ou plus ?) visites impromptues, les bras chargés de petits plats cuisinés.

Mes conseils (pour un avenir harmonieux et sans nuage) : imposez que BM n’ait pas les clés de chez vous, après-tout c’est chez vous. Une fois l’histoire des clés réglée,  suggérez avec délicatesse que BM vous prévienne avant de débarquer (oui quelques fois vous pouvez sortir de chez vous, ça serait tellement dommage qu’elle reste dehors à la porte, non ?). Evitons d’en arriver aux extrêmes comme cette amie qui n’ouvre plus à sa BM et qui fait semblant de ne pas être chez elle quand elle sonne L

Encore une chose… et pas des moindres… Le fait est établi que BM cuisine parfaitement bien et que vous ne lui arriverez jamais à la cheville, soit. Si les premières fois, ça peut vous faire franchement plaisir qu’elle vous amène des plats, ce qui va vous éviter de faire la cuisine ; à la longue, ça peut vous agacer car cela peut peut-être (je dis bien « peut-être » !) sous-entendre que vous vous ne savez pas cuisiner. Et bien, même si c’est vrai, mesdemoiselles, va falloir s’y mettre ! Histoire de gagner le respect de BM ! Cuisinez français oui mais mettez vous aussi au grec, ça leur fera à tous tellement plaisir ! Evidemment que ça ne sera jamais aussi bon que BM mais qu’importe, vous avez fait l’effort et ça sera pleinement apprécié !

En parlant de respect… Si vous voulez devenir une belle-fille potentielle, époussetez ! Soyez sûreque BM scrutera la poussière et ouvrira mine de rien un placard ou deux… Ne le prenez pas mal, elle veut vous aider ! Que votre intérieur soit toujours impeccable et vous deviendrez son égale (oh la la… là j’m’emballe… ! Disons qu’elle vous respectera (c’est déjà pas mal !) si vous êtes une « nikokira » = une bonne maitresse de maison).

Bon là je crois que vous êtes prévenue sur les points principaux... Et maintenant la vie est (vraiment) belle !

Posté par athenes à 09:46 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

23 mars 2011

Adonis et vous/1ère partie

Alors ca y est! Vous venez en Grèce pour les vacances! Votre rêve !!! Vous avez posé vos jours, pris vos billets avec une copine, acheté un top maillot de bain, fait une pédicure/manucure/épilation et vous voilà dans l’avion hystérique à l’idée de barouder dans les Cyclades et de laisser derrière vous vos collègues, vos ennuis et le temps pourri… Vous arrivez dans les iles, tout est beau. Le soleil cogne, la mer scintille, vous êtes belle et bronzée, vous passez la journée à sirotez des cocktails sur la plage et la nuit à vous déhancher à qui mieux-mieux sur les tables sous le regard admiratif des bellâtres grecs et là … vous l’apercevez ! Vous ne voyez que lui ! Adonis. Grand. Bronzé. La dent blanche. Le regard de braise. Le muscle saillant. Beau. Magnifique. Irrésistible. Un vrai coup de foudre. Vous passez le reste des vacances en sa compagnie, votre copine fait la tête (… quoique… en général Adonis a toujours un copain de disponible pour la copine…). Vous êtes sur un petit nuage.

Mais vous devez repartir. Vous pleurez. Votre cœur se brise. Vous échangez vos téléphones.

De retour en France, vous déprimez sévère. Vous comptez vos jours de vacances restants pour l’année en cours et cochez sur votre agenda les dates bénies de votre retour en Grèce. Adonis Adonis Adonis Adonis Adonis Adonis Adonis Adonis Adonis...

Vous lui téléphonez et vous tombez sur… sa mère. Alors là, je dis, méfiance…

Quelques trucs à checker si vous comptez vous installer définitivement en Grèce avec votre Adonis :

1/ Assurez-vous qu’il y a une VRAIE bonne raison pour qu’il vive toujours chez sa mère… à 35 ans.

2/ Si votre belle-mère grecque potentielle ne vous adresse pas la parole lors de la première présentation, laissez tomber Adonis.

3/ Si Adonis ne travaille pas (il ne trouve pas de boulot) et que votre belle-mère vous martèle « Le pauvre. Pourquoi il irait travailler pour 600 euros par mois ? Autant qu’il m’aide à la maison. » : laissez tomber Adonis.

4/ Si lors de votre venue, vous allez voir sa mère chaque jours pour « lui rendre une petite visite » et parce qu’elle a préparé le déjeuner, laissez tomber Adonis.

5/ Si, à la première présentation, votre belle-mère vous liste les choses que votre homme aime manger, celles qu’il n’aime pas manger et celles auxquelles il est allergique…. laissez tomber Adonis.

 

Je suis mauvaise langue ? Elle est juste adorable ? Elle vous a accueilli comme sa propre fille ? Et bien tant mieux ! Une belle histoire commence.

Posté par athenes à 10:50 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


28 janvier 2011

Bon sang d’bonsoir y en a marre…

… du système grec qui repose finalement entièrement sur la sacrée sainte famille !

Ceci est un ENORME coup de gueule et je suis passablement énervée.

Ma yaya (grand-mère grecque) se fait hospitaliser à Athènes. Anémie. A son âge, ça craint. Besoin de 3 transfusions sanguines. Bon… malheureusement jusque là rien de très original, c’est le lot de beaucoup de personnes… SAUF QUE… je découvre que SI IL NE S’AGIT PAS D’UNE QUESTION VITALE (accidentés de la route par exemple) ben… y a pas de sang si vous ne trouvez pas VOUS-MEME un donneur par transfusion !?!?!? Petite précision : qu’importe le groupe sanguin du donneur car son sang sera pour la banque de sang de l’hôpital, il ne sera pas forcement pour vous. Pour être tout à fait claire : vous devez obligatoirement et dans les plus brefs délais rembourser votre transfusion sinon pas de transfusion, vous restez à l’hôpital. Eum… donc les grecs font appel à la famille pour rembourser le sang dont ils ont besoin*.

Donc ma yaya a sa première transfusion et un cousin se propose de donner son sang pour rembourser cette première transfusion. Ouf, et d’une. L’hôpital nous annonce qu’il y aura une deuxième transfusion et nous met la pression pour trouver un donneur. Fébrilement je regarde sur internet si je corresponds aux critères des donneurs et oui donc j’y passe. Et de deux, ouf. L’hôpital nous annonce une troisième transfusion et là… panique… on n’a plus personne (on a demandé à tout le monde vous pouvez l’imaginer). On cherche on trouve pas. L’hôpital nous dit : pas de donneur, pas de transfusion. Je rêve… j’hallucine… Parce que il faut savoir qu’ils n’acceptent pas les donneurs 1/ d’Asie, 2/ d’Afrique, 3/ des pays de l’Est (à cause de l’hépatite !?) 4/ qui prennent des traitements médicamenteux...5/ qui ne correspondent pas aux critères généraux des donneurs de sang. Et ben je peux vous dire que ça annule pas mal de monde au final !

Donc me v’là partie à quémander du sang chez les commerces alentour (accessoires de voitures, café-bar, vidéos, l’hallu…**) et pendant ce temps là ma yaya attend la bonne nouvelle… la pression… Au final, un cousin éloigné à l’autre bout de la Grèce a donné. Et yaya a eu sa transfusion. Et yaya a pu quitter l’hôpital. Et ca se finit bien.

Mais j’ai les boules. Je trouve ça scandaleux.

*Et comment on fait si on n’a pas de famille ?????? « On crève dans son  lit » dixit un voisin (grec je précise…).

**A savoir (même si c’est complètement tabou) : certains demandent une donation de sang aux personnes n’ayant aucun lien avec la famille (personnel de maison entre autres), en échange d’une enveloppe (on m’a dit que ça variait de 50 a 200 euros).

Posté par athenes à 13:50 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

17 décembre 2010

Mon miracle de Noël…

C’est bientôt Noël et j’ai besoin d’un miracle. Ou, à défaut, d’un grand verre de quelque chose de fort, très fort !!!

 

Comme pas mal d’expatriés, nous avons décidé cette année de rentrer passer les fêtes de fin d’année au bercail… Noël en famille, quoi de plus chaleureux et réjouissant comme perspective…

 

Seulement voilà, à J-1 du départ, je craque !! Je vous passe sous silence ma peur phobique de l’avion et le fait que les valises ne sont toujours pas bouclées… Ok, ça va, je gère.

Il se trouve juste que mes enfants chéris (je ne me relis pas pour ne pas être tentée de changer d’adjectif qualificatif…) sont encore en bas age (6 ans, 4 ans et 7 mois) et que, de fait, la logistique du départ en est grandement corsée.

 

LettreSantaMes petits anges (je résiste, je ne me relis toujours pas) attendent impatiemment l’arrivée de Santa Claus (avec l’accent en prime, c’est ce qui arrive quand on élève des petits Américains) et il n’est pas aisé de leur expliquer que Santa risque de passer à la maison à NY (on nous ne serons pas…) car il n’a pas envie de se trimballer une valise de cadeaux aller-retour NY/Bordeaux juste pour le fun !! Et que du coup, les jolies choses qu’ils ont demandées les attendront (si je veux !) à la maison et que le jour de Noël, ils n’auront que des cadeaux légers qui ne me feront pas dépasser la limite autorisée des 23 kg de bagages sur mon vol de retour !

 

SapinAutre casse-tête : si nous ne sommes pas là le jour J, je ne vais pas sortir tout le tralala du grand jeu du méga sapin et compagnie… Mais, question fort à propos des enfants : où le père Noël va-t-il donc pouvoir laisser ses paquets s’il ne trouve pas de sapin à côté de la cheminée ? Bon, d’accord, j’en fais un mini ici pour la forme et être dans l’esprit, mais j’ai déjà prévenu les grands-parents que pour les guirlandes et le grand sapin, cette année, ce sont eux qui s’y collent !

 

Allez, Joyeux Noël quand même et vivement l’année prochaine !

 

Posté par CathNY à 18:08 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

11 décembre 2010

Cher Père Noël (suite)

Cher Aghios Vassilis,

Euh… je vous remercie de votre diligence.

LPM_neige

Bien à vous,

Une maman qui re-croit au Père Noël.

Posté par athenes à 15:03 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

07 décembre 2010

Cher Père Noël

Cher Aghios Vassilis*,

J’ai un problème.

Bon… je sais que vous n’avez pas que ça à faire de lire (en plus des 100 000 réponses que vous écrivez chaque année aux enfants grecs) les problèmes des mères de ces enfants… Mais bon… c’est important !

Nous sommes le 7 décembre, n’est-ce pas ? Pas loin de Noël… n’est-ce pas ? Nous sommes censés être dans un esprit de fête dans le froid et les flocons… n’est-ce pas ? Les enfants sont censés s’émerveiller devant les décorations de Noël… n’est-ce pas ?????

Alors que dois-je dire à mon fils qui ne me croit pas que c’est bientôt Noël quand il va poster sa lettre dimanche dernier** :

LPMboitePN

… et que une demi-heure après il fait des châteaux de sable sur la plage où des gens se baignent encore  (température : 24 degrés)?

LPMbeautemps

Pourtant c’est pas faute de lui passer des « Vive le vent, vive le vent, vive le vent d’hiver », des « Noël blanc » ou des « Petit Papa Noël » (… qu’il écoute sans trop de conviction…). Ou encore d’avoir fait depuis un petit moment un vrai beau sapin illuminé (on allume les guirlandes que le soir… la journée, il y a trop de soleil…). Ou encore d’avoir fait la crèche…

Y a rien à faire… il n’est pas dans l’esprit de Noël et j’attends avec impatience notre arrivée dans les frimas parisiens pour qu’il commence à réaliser que OUI c’est Noël, et qu’il arrête de me prendre pour une dingue.

Question : y aurait pas moyen de vous relooker un peu en maillot de bain pour que les pauvres mères qui essaient en vain d’insuffler un peu de magie de Noël à leurs enfants retrouvent toute leur dignité et la considération qui leur est due ?… Non mais sans blague…. Après il faudra pas vous étonner si les enfants ne croient plus en vous

Avec toute ma considération quand même,

Une mère désespérée

*Le Père Noël grec.

**Les postes grecques ont mis à disposition des enfants une boite aux lettres uniquement destinée au dépôt du courrier au Père Noël.

Posté par athenes à 12:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 novembre 2010

Happy Gobble Day 2010 !

MrCette année, c’est décidé, pour Thanksgiving, je me la coule douce…

Ayant été nouvellement promue mère de famille nombreuse (et oui, il n’y a pas à dire, le numéro 3, ça complique assez l’organisation au quotidien), lorsque nous avons été invités à célébrer cette fête, fort sympathique au demeurant, chez des amis, c’est avec plaisir que j’ai accepté… Dieu merci, je ne serai donc pas de corvée de dinde cette année ! Ma dernière expérience et les heures de boulot à tout cuisiner et ensuite – et surtout - à tout nettoyer m’ont échaudée (revoir plus bas l’épisode de Mr. Turkey et du cousin John)… Donc, pas de dinde cette année, je vous le dis, pas de dinde cette année…

 

Ou enfin, c’est ce que je m’étais promis jusqu'à ce que l’école des enfants ne m’appelle en renfort… En effet, le mardi précédant Thanksgiving, l’association des parents d’élèves organise un déjeuner auquel sont conviés tous les enfants, mais aussi les enseignants et les membres de l’administration. Les parents se portent volontaires pour préparer le repas et servir tout ce petit monde : c’est une manière conviviale de faire découvrir cette fête traditionnelle américaine aux petits Français qui viennent d’arriver et de montrer notre reconnaissance aux personnes qui se chargent au quotidien de l’éducation de nos enfants. Et franchement, c’est pas beau ça ??

 

La semaine dernière donc, au cours d’une discussion avec les parents délégués de classe, nous nous rendons compte qu’il manque encore un volontaire pour cuire un des « turkey breast ».  Et là, je ne sais toujours pas pourquoi, j’offre mes services - j’aurais sans doute mieux fait de me casser une jambe… Après tout, une « poitrine » de dinde, ça ne doit pas être bien compliqué à cuire… Pas de problème, je m’en charge…

Bon, le fait que je suis aussi chargée d’une tarte aux pommes et d’aider au service m’est sorti de la tête sur le moment, mais c’est pas grave, je vais mettre ma casquette de Wonder Woman et tout ira bien… Heureusement, une maman bien intentionnée me propose de me donner un coup de main et de se charger de la tarte aux pommes (pas folle la guêpe, elle ne s’est pas proposé pour la dinde…).

 

Et me voilà donc, presque malgré moi, avec une dinde à cuire sur les bras… Enfin, une poitrine seulement… Ok, pas de panique, ça va aller…

Première surprise – et de taille – lorsque je vais récupérer l’animal qui m’a été assigné: le morceau fait plus de 7 kg !!! Voui voui voui, vous avez bien lu : 7 kg pour la poitrine de la dinde seulement… Ou plutôt 15,83 livres pour être exact ! Ce turkey breast est à lui tout seul plus gros que le volatile  entier que j’ai fait cuire l’année dernière !! Au secours, je crois qu’on m’a refilé une autruche !!! Je n’ose pas imaginer la taille de l’oiseau avant de passer sur la table du boucher… Il lui faudra plus de 3 jours pour décongeler dans le bas de mon frigo… C’est dire…

Ensuite, on me fournit un sac en plastique transparent en m’expliquant qu’il faut cuire la dinde dedans… …???... … ???... !!! … ???... Cuire une dinde dans du plastique ???... ???... C’est une insulte à ma cuisine, à mon four et à feue madame la dinde… Et même s’il paraît que cela permet d’éviter que la dinde ne s’assèche trop pendant la cuisson, je reste insensible à cet argument : le plastique ne rentrera pas dans mon four ! J’ai des principes, moi, je me refuse à tuer ce pauvre animal une seconde fois et je l’arroserai avec amour et dévotion !!

 

Bon, retour à la maison… Jour J-1… Je regarde mes 7 kg de dinde et j’ai envie de pleurer… Je suis censée déposer la poitrine cuite, découpée et toujours chaude à la cantine de l’école à 11h15 prête pour le premier service… Petit calcul rapide… …à raison de 20 minutes de cuisson par livre de dinde, pour un morceau de plus de 15 livres, il faut bien compter dans les 5 1/2 heures de cuisson… et ne pas oublier le temps de découpe… donc pour une livraison  à 11h15, il faut que je mette la mette au four à… … …5h30 DU MATIN !!! GLOUPS !!! C’est plus gobble gobble tout d’un coup !!! Remarquez, vous savez, quand personne ne se porte volontaire spontanément pour ce genre de chose, c’est qu’en général il y a une couille dans le potage… J’aurais dû m’en douter… Je viens de la trouver…

Je mets donc mon réveil pour 5h30, ce n’est pas grave, je prends sur moi. Ca me prend 5 minutes pour l’enfourner et je vais me recoucher dans la foulée… Bien évidemment, c’était sans compter sur mon ange de nº3 qui a décidé, ce matin-la, de se réveiller à 5h45… Quand la journée commence comme ça, je sais que ce n’est pas la peine de lutter, tout part en vrille…

 

10h30… J’en suis à 5 heures de cuisson et 2 litres de café… Mon breast n’est toujours pas cuit… je commence à angoisser… 10h45, j’augmente la puissance du four… au secours, je ne peux pas servir de la dinde saignante aux enfants… 11h05, j’enclenche le grill de la dernière chance… 11h10… ouf, ça y est… le petit bouton testeur rouge a sauté, la viande est cuite !! J’essaie de la découper en tranches fines, régulières, mais le temps presse et très vite, je sors la tronçonneuse… Les morceaux de dinde volent dans ma cuisine et atterrissent dans le plat de service…Turkey

11h30… je n’ai qu’un quart d’heure de retard lorsque j’arrive à l’école en sueur et le cœur battant, prête pour enchaîner sur le service… Ouf, mission accomplie, mon honneur et ma dinde sont saufs... Donnez-moi un matelas, je vais pouvoir aller m’écrouler…

 

Alors, s’il vous plait, je vous en conjure, l’année prochaine quand viendra le mois de novembre, n’hésitez pas à m’envoyer des messages pour me rappeler de NE PAS ME PORTER VOLONTAIRE pour quoi que ce soit… Car sinon, je risquerais d’oublier et j’aurais l’impression que le dindon de la farce, c’est encore moi !!!

 

Posté par CathNY à 05:27 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

13 novembre 2010

Almost perfect...

En allant faire des courses hier, je suis tombée sur une voiture qui portait un message déroutant que je vous laisse découvrir…

 IMG_1356

“Presque parfait”

 Perfectcar

“La prochaine fois que vous penserez être parfait

Essayez de marcher sur l’eau”

 

Que dire de plus sinon que le conducteur ne devait pas dépasser le mètre soixante-cinq les bras levés, qu’il était  rondouillard et portait la moustache…

Voilà donc un homme qui ne doute de rien et qui applique à la lettre le principe selon lequel on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même !!

CQFD !

 

Posté par CathNY à 23:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 octobre 2010

Merci Internet

Franchement comment les expats faisaient avant sans Internet? Ca devait être vraiment glauque de se couper du monde comme ca… L’isolement devait être terrible…

Perso, quand ma copine de New-York me manque trop, c’est pas au MacDo que je vais (on peut pas dire que le MacDo en Grèce soit un concept aussi développé que dans d’autres pays, les grecs aiment bien manger…grec !)…

On a développé tout un système de communication qui fait que, franchement, à part les coups chez Prune, on se parle autant qu’avant (quand on habitait à Paris) :

-          L’abonnement téléphonique via Internet qui fait qu’on ne paie pas sur les fixes = appel quotidien quand elle se réveille et que je prépare le diner… décalage horaire oblige

-          Le dieu Skype, parce que voir sa bouille, ca me booste toujours

-          Son disciple Facebook, pour les photos surtout

-          Europe 1 en direct à l’écoute pour partager les news de chez nous

-          Amazon pour se faire des cadeaux

-          Ce blog évidemment !

Alors dire qu’on se perd de vue quand on part à l’étranger, c’est vraiment que du pipeau !

Posté par athenes à 08:51 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

05 octobre 2010

La Grèce à NY…

Quand ma copine Ségo me manque trop, je me console en allant déjeuner dans le « diner » grec le plus proche…

 

En attendant que le serveur ne vienne prendre ma commande, je m’instruis quelque peu sur son pays lointain grâce à mon set de table. Les colonnes grecques n’ont plus de secret pour moi – de la corinthienne à la dorique en passant par l’ionique, vous pouvez vérifier - et je peux citer le nom de toutes les îles, du Nord au Sud, de l’Ouest à l’Est, les yeux bandés en sautant sur un pied !IMG_1204

 

Puis, vient le moment délicat de choisir ce que je vais savourer… Dans ce haut lieu de la cuisine grecque (c’est pas moi qui le dit, c’est écrit sur le menu !), j’hésite entre le Beef Souvlaki enroulé dans une pita, le Deluxe Cheeseburger et le Philly Cheese Sandwich…Menu2

Hummm, mon cœur balance…

 

Arrivent enfin les mezzes… Et là, je me dis que vraiment le chef n’a jamais dû voir l’Acropole et le Parthénon ailleurs que sur une carte postale… Tant pis… On se rattrapera avec le dessert… J’attaque mon assiette… Soudain, un doute m’étreint…Mezzes2

Ai-je vraiment bien fait de commander un Galaktoboureko ?

 

Posté par CathNY à 19:43 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

27 septembre 2010

Ca ne s’invente pas….

Nous sortons diner dans un charmant petit restaurant athénien, en terrasse car l’air était doux et les températures au beau fixe…  Tout était parfait : décoration au top, cuisine excellente, service top et le plus beau… c’était la première page du menu … que je vous traduits :

AVERTISSEMENT!

LE PRINTEMPS VENU, NOTRE CHER VOISINAGE SORT DE SON HIBERNATION HIVERNALE ET RETROUVE GOUT A LA VIE EN APPELANT LA POLICE A CHAQUE FOIS QU’IL ENTEND QUELQU’UN RIRE.

NOUS PRIONS DONC NOS CLIENTS QUI ONT DES ECLATS DE RIRE ASSEZ BRUYANTS AINSI QUE CEUX QUI PARLENT FORT, DE SE FAIRE DISCRETS A PARTIR DE 23H30. SI TOUTEFOIS VOUS NE POUVEZ CACHER VOTRE JOIE, AVEC TOUT CE QU’ON VOUS SERT A BOIRE (OUI C’EST AUSSI DE NOTRE FAUTE), SACHEZ QUE NOUS AVONS AUSSI DES TABLES A L’INTERIEUR (DEMANDEZ NOUS DE VOUS CHANGER DE PLACE) ! SI MALGRE TOUT CELA, LA POLICE APPARAIT, ON COMPTE SUR VOUS POUR ETRE SAGE.

Franchement, ca ne s’invente pas !

Menu

Posté par athenes à 09:58 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

20 septembre 2010

Pas assez… grec… !

“Sortir en boite” est un sport national en Grèce.

Les « boites » se divisent en 2 catégories : les bouzoukia avec de la musique grecque et chanteurs grecs en live les grecs s’éclatent, les femmes finissent sur les tables et les hommes ivres. Les night-clubs ou bars plus classiques avec de la musique internationale et , très bizarrement, personne ne s’éclate vraiment à part les étrangers …

Depuis le temps que je viens en Grèce, je n’ai toujours pas compris POURQUOI les grecques/grecs ne dansent pas quand c’est international et là … j’ai trouvé une vidéo qui m’a peut-être donné une ébauche de réponse J

Personnellement j’en ai pleuré de rire :

http://www.youtube.com/watch?v=TiN_UTKhMXY

Posté par athenes à 09:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

16 septembre 2010

LCDD chante Obama...

Une amie (merci C.) vient de me faire découvrir une perle de l’Internet… Deux allumés composent et mettent en ligne une chanson chaque dimanche (d’où, et à très juste raison, le nom du site : www.lachansondudimanche.com). J’adore !

Celle-ci date un peu (2008, ok ça va, c’est pas si grave…) mais comme elle se réfère à Barack Obama et à la dernière campagne présidentielle américaine, je ne peux m’empêcher de la partager avec vous…

 

http://www.lachansondudimanche.com/2008/06/08/s03e12-o-barack.html

 

Enjoy!

 

Posté par CathNY à 14:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 septembre 2010

Une pub grecque que j’ai adorée…

Du top ! C’était de l’affichage pour promouvoir la Gay Pride d’Athènes qui a eu lieu le 5 juin dernier… OK, c’est pas du tout récent mais j’ai eu du mal à la retrouver pour la prendre en photo…

L’affiche, collée un peu partout sur les murs d’Athènes, a semble-t-il, eu une durée de vie plutôt limitée et s’est misérablement fait déchiquetée assez vite après sa pose … On se demande pourquoi… J C’est vrai qu’elle n’était pas vraiment « politiquement correcte » : les jambes d’un evzone*, droit comme un piquet, et l’accroche suivante : « NOUS SOMMES PARTOUT » :

Chocking !!!!!!!!

* Nom de plusieurs régiments et bataillons d'élite d'infanterie légère de l’armée grecque. Actuellement, le nom désigne les membres de la garde présidentielle, une unité cérémonielle qui garde le parlement et la maison présidentielle.

GayPride

Posté par athenes à 09:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

08 septembre 2010

C’est quand la rentrée scolaire à New York ? Je craque…

Aaaahhhhh… La rentrée scolaire… Toutes mes copines de France - et MÊME celle de Grèce - me racontent ce jour béni où leurs enfants ont repris le chemin de l’école (couvert de vomi pour certains, soit, mais école quand même)… Presque 10 jours déjà… Et moi, de mon côté, j’en rêve et me désespère… Elle n’a lieu que demain mercredi 8/09 pour Bibi Junior qui rentre en CP et jeudi 9/09 pour P’tite Chérie qui intègre la moyenne section de maternelle de l’école française du coin… Et encore, à coup de quart puis de demi-journées jusqu'à la fin de la semaine car il ne faudrait pas en demander trop à ces pauvres enfants !

 Mais personne ne pense aux mères encore en état de choc, traumatisées elles par presque 3 mois de vacances et un voyage en France !! Parce que ça, on n’en parle jamais quand on décrit la douce vie des expats… Et oui, c’est bien beau de vivre dans des coins de rêve, mais quand on veut retrouver la famille et les amis, il faut en payer le prix ! Et il est cher ce prix, très cher : c’est le voyage en avion, sans Chéri Bibi resté au bureau, mais avec les deux mini monstres et Bébé en bandoulière ! Le tout avec connection à 6h du mat’ à Roissy – CDG, même pas peur, Monsieur, même pas peur Madame, sans préparation et sans filet, oui, oui, comme je vous le dit, on se jette dans le vide et on entre dans un autre espace-temps, une quatrième dimension appelée décalage horaire…

 Au début, on en profite, les enfants jouent dans le jardin jusqu'à la tombée de la nuit, ils se couchent tard et ne se réveillent pas avant 11h du mat’. Alors, on essaie de se lever un poil plus tôt pour apprécier toutes les bonnes choses qui nous manquent tant… Un bol de Ricoré, une baguette fraîche et croustillante, du beurre au sel de Noirmoutier, de la vraie confiture d’abricot (merci Ségo !) et des viennoiseries… Ah, les viennoiseries… Elles sont tellement meilleures lorsqu’on les déguste tranquillement en lisant Gala ou Voici !IMG_1028

 

Et puis, peu à peu, on récupère et on se remet dans le rythme, réveil tôt, coucher tard, enfants fatigués, mamans énervées… et c’est la fin des vacances, il faut rentrer… On choisit un avion qui décolle en début d’après-midi pour ne pas avoir à se lever à l’aube et arriver pas trop tard à New York. On est chargée comme une mule : un sac à dos avec les biberons, couches et tout le tralala de l’enfant divin, un autre avec des jouets et un lecteur de DVD pour occuper les deux grands Schtroumpfs, un troisième avec un change pour chacun (et oui, mon Bibi Junior à moi, c’est dans l’avion qu’il a tendance à vomir, de préférence au décollage et sur sa maman chérie…) et enfin un dernier avec les passeports, billets, portefeuille et tutti quanti ! Évidemment, on ne prévoit pas les deux heures de retard au décollage, les enfants qui crèvent de faim et la tension qui augmente à mesure que le temps passe.

Au final, on part. Bibi Junior en profite pour regarder 4 films à la suite sur sa mini-télé, P’tite Chérie se mate en boucle La Princesse et la Grenouille et tout ce petit monde s’endort allègrement à 23h, heure française, soit 10 minutes avant l’atterrissage, retard oblige ! L’avion se pose, nous sommes de retour au fabuleux pays de Mickey… Dernière étape du voyage, mais pas des moindres, passer l’immigration, récupérer les bagages, le tout sous le regard noir des douaniers, avec en fond sonore les hurlements de P’tite Chérie, pas contente d’avoir été réveillée au milieu de sa nuit et qui a décidé le faire savoir à tout l’aéroport… Le message est bien passé, merci !IMG_0995

 

Voilà, ma progéniture s’est réveillée à 4h du mat’ pendant plus d’une semaine… Le décalage horaire dans ce sens-là ne joue vraiment pas en ma faveur ! Et puis ensuite les réveils se sont décalés : la cadette à 4h, l’aîné à 5h et enfin la benjamine à 6h… Donc, tout espoir de se rendormir s’est complètement envolé. En plus de tout ça, ce soir, il faut encore que j’aille choisir les tenues de tout ce petit monde pour la rentrée de demain et je me suis laissé dire que ce n’était pas chose aisée, alors, je le dis haut et fort : AU SECOURS, J’AI BESOIN DE VACANCES !!!

 

Bon, la seule chose qui me console quand je lis les journaux, c’est de voir le bazar entre les grèves et les manifs en France et de me dire que tout ça aurait pu être pire si j’avais dû, comme Kiki, ne rentrer qu’aujourd’hui !

Posté par CathNY à 00:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

07 septembre 2010

Ma rentrée scolaire à Athènes…

Alors voilà… c’est la rentrée!!!! Après 2 mois sans toucher un clavier, me revoilà déjà dans un début de routine d’expatriée, comme la plupart d’entre vous… Perso, j’ai passé des vacances tellement « françaises » que le retour vers l’intégration a été plutôt… euh… brutal…

Bref… organisation, organisation… Et voilà le jour de la rentrée scolaire arrivé !!!!

C’est que je l’avais préparé ma rentrée scolaire ! Achat des fournitures à Paris (ridicule car à Athènes on trouve tout ce qu’il faut et même plus, à moins cher…), fringues classes… Mais voila comment ca s’est réellement passé… Les 2 premiers jours on l’accompagne à l’école le matin parce que c’est mieux pour lui et qu’on est des parents modèles... la veille du jour J, je passe quand même 1h au téléphone avec ma copine new-yorkaise à lui décrire toutes les fringues de mon fils pour qu’elle me conseille si je l’habille plutôt faillot, cool mais pas trop, carrément plage (il fait 30 degrés même à l’école !)… après délibérations, j’opte pour un bermuda classe mais pas trop, polo blanc ca fait chic et sandales en cuir ca décontracte le tout…. Bref parfait ! Pendant le trajet en voiture, Jules – aussi stressé que moi – fait du bourrage de crane à notre petite tête blonde «  Rhoooooo tu te rends compte ? Tu vas à l’école des grands ! Tu vas te faire plein de copains ! Tu mangeras tout seul hein ? Si tu veux aller aux toilettes tu demandes à la maitresse, d’accord ? » qui nous regarde d’un œil hagard et nous répond «  J’ai envie de vomir »… J’ouvre la fenêtre en quatrième vitesse mais pas assez vite apparemment pour empêcher le petit déjeuner de se répandre copieusement sur la banquette arrière… Franchement j’en aurais pleuré… me voilà à déshabiller mon fils qui embaume le vomi dans la rue en face de l’école et à lui mettre le change demandé par l’école (= les fringues que je déteste le plus et que je ne comptais pas revoir de l’année, à savoir un pantalon gris délavé, un t-shirt noir Mac Queen, un slip brulé sur le motif, le tout n’allant pas du tout avec ses scandales en cuir). Conclusion, il est arrivé sapé comme un gros BOF pour sa première vraie rentrée…

Ca fait 3 jours et je commence juste maintenant à déculpabiliser en me disant qu’à son âge il ne se souviendra pas de cette humiliation vestimentaire…

Posté par athenes à 09:53 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

11 juin 2010

La Grèce au pluriel

Une des premières «difficultés » d’adaptation quand on arrive en Grèce est clairement le fait qu’ici tout se pense par la notion de « groupe ». A Paris où l’individualité règne et où il fait bon se promener SEULE, lire un bouquin à une terrasse SEULE, rester chez soi peinard SEULE s’oppose la Grèce où être seule est… bizarre… Vous allez faire du shopping ENTRE COPINES, vous avez des visites si on sait que vous êtes seule chez vous, vous apparaissez comme un pauvre être esseulé et sans amis si vous êtes seule à une terrasse de café (où les grecs sont toujours en groupes). D’autres exemples qui me frappent tous les jours et où je ne peux pas m’empêcher de comparer Athènes à Paris …

Dans le métro : à Paris, tout le monde se méfie de tout le monde et vous aimez bien avoir votre espace, assez loin des autres. A Athènes, vous attendez le métro sur un quai désert, vous vous asseyez, un grec arrive et choisit forcement de s’assoir… à côté de vous (il y a 20 autres places sur le quai désert) ! La notion d’espace n’est pas la même, en fait il n’y a pas de notion d’espace en Grèce, même quand vous êtes debout, un grec sera toujours… juste devant vous…

GroupeGrec

Dans le métro encore : saviez-vous que dans certaines stations les grecs déposent, en sortant du métro, leur ticket dans une boite pour ceux qui y rentrent (1 euro le ticket pour un trajet de 1h30, les arrivants peuvent profiter du reste du temps) ? C’est un bel exemple de solidarité, non ? Là on est toujours dans la notion de groupe… Hé bien figurez-vous que j’ai proposé mon ticket 10 fois à des gens qui rentraient dans le métro et que… 1 seul a accepté !!!! Du coup, je redépose dans la boite…

Jusque dans un taxi hier !!!!!!!!!!!!!!! Seule, je prends un taxi et derrière était assis un autre client, un homme d’une quarantaine d’années… Hé bien le chauffeur a décidé… de nous marier ! 2 personnes seules ca le titillait apparemment … Et malgré nos protestations (déjà mariés tous les 2) le chauffeur a décidé qu’on pouvait divorcer (comme Nicolas Sarkozy m’a-t-il précisé…) et se remarier ensemble…

Taxigrec

La solitude a la vie dure ici… Mais je dois avouer qu’au final ce n’est pas désagréable d’être toujours dans une notion de groupe et je comprends mieux pourquoi les psys/coachs ne font pas forcement une belle carrière ici…. Pas besoin, ici vous avez toujours à qui parler !

Merci Noée d’avoir illustre ce post avec autant… d’à-propos et d’humour!

Vous pouvez retrouver cette illustratrice bourrée de talent sur son blog : http://carnetnoee.blogspot.com

Posté par athenes à 09:04 - - Commentaires [17] - Permalien [#]