parcCa c’est une véritable épreuve… Quand mon p’tit bout de 3 ans rentre de l’école, qu’est-ce qu’on fait ? On se balade au parc avec le vélo… Et cette promenade quotidienne se transforme vite en marathon avec des étapes assez précises…

16h : j’attends chouchou, vélo d’une main – gouter de l’autre… Celui-ci, enchanté par la perspective du parc, descend prestement du bus scolaire et enfourche son vélo.

16h15 : on arrive dans le parc. Premier obstacle : les chiens. Sauvages ou domestiques, ils s’approchent tous de chouchou pour le renifler, lui tourner autour et le gratifier de généreux coups de langue… Même si j’adore les chiens en général, je déteste que des chiens inconnus lèchent chouchou ! Mais que faire ? En Grèce, les chiens font vraiment partie du paysage, on les trouve allongés sur les trottoirs, assis à l’entrée des monuments publics… et ils sont en général assez gentils c’est vrai…mais bon, il suffit d’une fois, n’est-ce pas ??? Quand aux chiens accompagnés de leur maitre… impossible de dire quoi que ce soit… Le maitre me certifie toujours que son chien est… tellement gentil… et il adoooore les enfants… bon ok, mais il suffit d’une fois, non ? J’éloigne chouchou et ca y est je passe pour la mégère qui déteste les animaux…

Deuxième obstacle : les yayas (= « grand-mères » en grec) assises à l’ombre… Il suffit que j’élève la voix (genre : chouchou me tape un caprice, s’assoit par terre et refuse de se lever, normal que je gronde, non ?) pour que s’approche une nuée de yayas : « Oooh le pauvre ! Mais pourquoi tu pleures ? Ton vélo est méchant ? Non, ne pleure pas… Tu veux un bonbon ????? (grrrrrrrrrr… ca aussi je déteste !!!!! Moi qui passe mon temps à lui rabâcher de ne rien accepter des étrangers !) ». Et, lui, ravi évidemment, me regarde en coin… Il sait que je ne dirai rien et il en profite.

Vers 17h : on arrive vers mon troisième obstacle : les innombrables petites voitures qui se balancent au rythme de musique enfantine. J’ai donné… Quand chouchou était plus petit, j’avais l’habitude de lui offrir plusieurs tours et, lasse des caprices que cela entrainait, je me suis fait un point d’honneur à ne plus mettre une seule pièce là-dedans (1 euro pour 1 minute, ils charrient nan ?). Chouchou le sait, il l’a bien compris… MAIS… il a bien compris aussi comment ca fonctionne ici… Alors, assis sur une voiture, il grogne, réclame, je me fâche et – invariablement – une des mères s’en mêle (grrrrrrrrrrr) : « Oooooooooohhhh mais pourquoi  tu pleures ? Tu veux faire un tour avec Panos (=son chérubin) ? Viens ! » Et voila chouchou triomphant… sur la voiture avec Panos…

Bref, non seulement je passe pour une mère indigne et – clairement – c’est pas au parc que je me ferai des copines – mais, en plus, tous mes principes éducatifs volent en éclat à chaque balade au parc…